Lundi, 21 Avril 2014
Le Morvan : vos infos, vidéos, photos, annonces ...
Envoyez vos photos

Vos vidéos



Agenda

<<  Avril 2014  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
 
    
SEVE redoute un nouveau plan "d'encochonnement" de la Bourgogne et appelle à la mobilisation
Écrit par GdM   
Samedi, 21 Avril 2012 19:31

SEVE_AG_16.04.2012_B.Bailly« Défendre l'environnement est devenu extrêmement difficile.
On ressent une volonté de se débarrasser des associations qui travaillent sur le terrain.
Nous devons résister au puissant rouleau compresseur de la Préfecture, de la FNSEA
[Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, syndicat agricole majoritaire], de la Chambre d'agriculture, de nombreux politiques et de la Justice administrative »: président de l'association SEVE en Morvan (Santé, Environnement, Vie, Eau), créée pour s'opposer à l'installation d'une porcherie « industrielle » à Reclesne et engagée depuis dans le combat collectif contre l'« encochonnement » de la Bourgogne, Bernard Bailly tire la sonnette d'alarme et appelle à la remobilisation.

« D'autant plus, ajoute-t-il que nous avons toutes les raisons de penser que les risques d'encochonnement de la Saône-et-Loire redeviennent possibles ».

Pour faire face à cette résurgence d' un danger qu'elles redoutent, les quatre associations du département qui luttent contre des élevages industriels de porcs ou de volailles, à Reclesne, Saint-Gervais-en-Vallière, Poisson et Saint-Germain-du-Bois ont décidé d'unir leurs forces.

Échec du 1er plan d'encochonnement

SEVE_AG_16.04.2012_Salle« Globalement, nous pouvons être satisfaits de notre action: alors que le plan d'encochonnement de 2004 destiné à faire baisser la pression en Bretagne en délocalisant la production industrielle porcine en Auvergne, Limousin et Bourgogne prévoyait plus de vingt implantations de porcheries en Saône-et-Loire, la mobilisation des citoyens a permis d'en limiter le nombre à deux, Reclesne et Saint-Gervais explique Bernard Bailly.

A Chassy-sous-Dun une solution amiable a été trouvée avec l'éleveur pour rendre le projet acceptable en terme environnemental.
Mais
, ajoute-t-il, nous assistons actuellement à une intense campagne médiatique qui voudrait faire croire aux citoyens que si l'agriculture va mal c'est de la faute des défenseurs de l'environnement. Nous devons donc rester mobilisés pour faire face aux projets qui se préparent ».

Pour appuyer ses propos, Bernard Bailly détaille la longue liste des articles de journaux où les responsables agricoles déroulent leur argumentaire anti-écologiste.
 

Les conséquences sur la santé

« Mais personne ne parle des conséquences sur l'environnement et la santé, ni de la souffrance animale » commente Bernard Bailly.
Le bureau de SEVE avait donc organisé, dans le cadre de son assemblée générale annuelle qui a réuni une quarantaine d'adhérents lundi 16 avril à l'Espace Saint-Ex d'Autun, une visioconférence avec le Pr Antoine Andremont, professeur à la faculté de médecine de l'Université Paris VII et responsable du service de bactériologie à l'hôpital Bichat-Claude-Bernard, auteur de l'ouvrage Le triomphe des bactéries , La fin des antibiotiques ?.

SEVE_AG_16.04.2012_BureauDevra-t-on faire face un jour à des bactéries résistantes à tous les antibiotiques connus?
«Les antibiotiques sont utilisés en élevage industriel pour lutter préventivement contre les épidémies. Ils ont aussi pour conséquence d'accélérer la prise de poids. Mais ils transitent dans les effluents qui sont ensuite épandus sur les sols et se retrouvent dans l'eau que nous buvons. A terme cette consommation d'antibiotiques à petite dose permet aux bactéries de s'adapter et rendent les antibiotiques inopérants en cas de nécessité d'y recourir pour soigner » résume Bernard Bailly.

Péripéties de la Justice administrative

Les péripéties des dossiers portés par SEVE contre la porcherie de Reclesne devant la justice administrative ne sont pas de nature à rassurer les adhérents de SEVE.
Après l'épisode en 2011 de la condamnation de l'association à payer 8.000 € de dommages et intérêts qui aurait pu la faire disparaître sans l'intervention de la mission permanente d'inspection des juridictions administratives du Conseil d'État qui a rectifié « l'erreur » et présenté ses « excuses », SEVE se retrouve à nouveau devant un nouvel imbroglio.

«  Le Tribunal Administratif de Dijon a conclu à l'irrecevabilité de notre dernier recours contre l'arrêté préfectoral autorisant le fonctionnement de la porcherie de Reclesne au motif que nous n'aurions pas répondu à une " mise en demeure "  [demande de documents]. Or nous n'avons jamais reçu cette mise en demeure et personne ne peut nous fournir la preuve que le recommandé a été envoyé », explique Bernard Bailly.
« Mais si notre recours est rejeté, celui de la Ville d'Autun continue à être instruit »
poursuit-il pour reprendre confiance.
Un recours qui porte notamment sur le dossier technique du plan d'épandage du lisier: « Des terrains qui avaient été notés comme inondables dans la première étude sont devenus par miracle non inondables dans la nouvelle » explique-t-il en présentant des photos des prairies visées recouvertes d'eau lors d'une crue.

SEVE_AG_16.04.2012_B._LapetiteLa justice administrative coûte cher en honoraires d'avocats, même si ceux engagés aux côtés des militants leur accordent généralement des tarifs plus que réduits. Les associations ont du mal à assumer.
C'est le cas de « Bien vivre au cœur des trois rivières » qui se bat contre une porcherie industrielle à Saint-Gervais en Vallière, contrainte d'aller, contre toute attente, devant la cour de Cassation.
« Pour nous permettre de faire face, les associations du département ont décidé de nous apporter leur aide financière » remercie son président Bruno Lapetite présent avec les différents responsables du département à l'assemblée générale de SEVE.

Soutien de la Ville d'Autun

Les dirigeants de SEVE estiment par ailleurs que les défenseurs de l'environnement ne bénéficient pas de l'appui qu'ils pourraient attendre des politiques.
Au niveau national, « Le Club des Amis du Cochon » rassemble plusieurs ministres en exercice et plus de 480 parlementaires en exercice ou honoraires . « L'écologie n'est plus guère à la mode » se désole Bernard Bailly. « Au niveau local, SEVE peut compter sur la mairie d'Autun qui nous a toujours soutenus et sur quelques maires » tempère-t-il. « Nous vous soutenons et nous vous encourageons», confirme le 1er adjoint au maire Jacques Lioret.
Par contre, le président de SEVE ne décolère pas contre le Conseiller général de Lucenay l'Évêque Jean-Baptiste Pierre, maire de Sommant dont le conseil municipal a voté un « avis très favorable » à la porcherie de Reclesne et auquel il a adressé deux nouvelles lettres ouvertes (voir en fin d'article le lien vers le document distribué à l'Assemblée générale).

Pour l'élevage sur paille et le compostage


SEVE_AG_16.04.2012_Revel_Lioret_LapetiteSEVE peut même trouver quelques soutiens chez les agriculteurs eux-mêmes. «Ce que j'apprécie chez vous, c'est que vous n'êtes pas fermés » indique Denis Revel, membre du bureau de la Confédération paysanne de Saône-et-Loire qui ajoute : «  L'élevage industriel dans des conditions acceptables peut se comprendre, parce que les paysans ont leurs problèmes et qu'il permet aux consommateurs d'accéder à des produits à des prix peu elevés. Mais il vaut mieux développer une filière de qualité, respectueuse de son environnement. Savez-vous que l'on manque de porcs fermiers en Bourgogne? ».

Les conditions acceptables pour SEVE? « Nous sommes contre l'élevage sur caillebotis et l'épandage du lisier, pour l'élevage sur paille et le compostage. Nous souhaitons aussi que chaque animal puisse disposer d'une surface plus grande » indique Bernard Bailly.

Accéder au site de SEVE en Morvan: cliquer ici

Lire le document distribué en assemblée générale reprenant les échanges épistolaires (vifs) du président de SEVE avec le conseiller général Jean-Baptiste Pierre: cliquer ici

 

Ajouter un Commentaire

Gens du Morvan favorise sur ses plateformes collaboratives les échanges et le partage entre les habitants du territoire avec la conviction que la possibilité ainsi ouverte à chacun de participer à l'information et aux débats est une source de richesse pour tous
Si, au delà de la liberté d'expression de toutes les opinions ou même de la polémique (que nous ne refusons pas dans les limites fixées par la loi), Gens du Morvan n'était pas compris comme un outil de dialogue favorisant le lien social mais comme un terrain vague où soufflerait un mauvais vent mettant à mal les personnes, nous aurions raté notre objectif.
Alors, du calme ! Continuez à poster vos commentaires et à envoyer vos articles, mais en n'oubliant pas que nous sommes ici entre Gens du Morvan.
Bon vent, bonnes gens !
PS: L'usage des pseudos étant une habitude du net nous l'acceptons volontiers. Toutefois nous nous réservons le droit de ne pas mettre en ligne les commentaires visant, par une relation évidente entre commentaire et pseudo adopté, à atteindre des personnes.


Code de sécurité
Rafraîchir

Agenda

lun. 10 mars 2014 à 00h00 au ven. 03 oct. 2014 à 00h00
Concours photo

mar. 01 avril 2014 à 00h00 au mer. 30 avril 2014 à 00h00
L'avenir a un futur

mer. 16 avril 2014 à 00h00 au mar. 22 avril 2014 à 00h00
Cinéma: à l'Arletty d'Autun du 16 au 22 avril 2014

jeu. 17 avril 2014 à 00h00 au ven. 29 août 2014 à 00h00
Animations Office de Tourisme de Saulieu 2014

mer. 23 avril 2014 à 00h00 au mar. 29 avril 2014 à 00h00
Cinéma: aux Miniplexes de Luzy et Saint-Honoré-les-Bains du 23 au 29 avril 2014


Gens du Morvan
est votre site | publiez vos infos - annonces - échanges de services - photos - événements | échangez via le Forum du Morvan

Copyright © 2009 Gens du Morvan - Tous droits réservés - Mentions légales - Nous contacter - Création PureConcept